Actualités

Cérémonie de remise de la carte et de la Croix du Combattant

 
Cérémonie de remise de la carte et de la Croix du Combattant

Jeudi 1er octobre, treize récipiendaires seront décorés lors de la Cérémonie de remise de la carte et de la Croix du Combattant.
8 civils, 3 militaires et 2 gendarmes du Val de Marne recevront cette décoration rendant hommage à l’engagement qu’ils ont eu à servir leur pays.

Portrait croisé de deux anciens combattants :

Portrait de Nadia B.

Nadia B., 60 ans, originaire de Paris a reçu la Croix du Combattant jeudi 1er octobre au titre de ses 33 années au service de l’armée de terre.

Un engagement fort qui la caractérise depuis son plus jeune âge.

Pouvez-vous présenter votre parcours militaire ? Cela représentait quoi pour vous ?

Je viens d’une famille modeste qui n’avait pas les moyens financiers de m’offrir des études supérieures. Après mon bac et avoir travaillé dans le civil, je me suis engagée dans l’armée de terre car cela représentait pour moi une opportunité de progresser socialement et de continuer à étudier. L’armée est un ascenseur social qui fonctionne très bien pour ceux qui en font l’effort ! Elle donne la chance à tout le monde et à toute personne de tout horizon.

J’y suis entrée élève sous-officier pour en sortir adjudant-chef.

Cela représentait aussi pour moi une occasion de partir et de voyager tout en servant mon pays : travailler pour les autres !

> Portrait de Nadia B. - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 0,05 Mb

Michel Vandenabeele

Michel Vandenabeele, 52 ans et originaire de la Marne est huissier au cabinet du Préfet du Val de Marne depuis 16 ans.

Il a reçu jeudi 1er octobre la Croix du Combattant au titre de ses 10 années au service de l’armée de terre.

Un parcours atypique, personnel et original, reflet d’une personnalité attachante et dévouée.

Pouvez-vous présenter votre parcours militaire ? Cela représentait quoi pour vous ?

Je suis rentré à l’armée à 17 ans après être sorti du système scolaire. Je souhaitais avant cela avoir une carrière manuelle, notamment en tant que peintre. Puis le sens du service et du dévouement sont devenues des valeurs importantes dans ma construction d’homme. Et l’envie de découvrir de nouveaux horizons, être face à des réalités…

J’ai intégré l’armée de terre. J’ai beaucoup voyagé, notamment en République Centrafricaine, au Liban, au Gabon, au Tchad puis en Nouvelle-Calédonie. J’ai participé à 3 défilés lors de la fête nationale du 14 juillet, sur les Champs Elysées, et j’ai gardé la flamme du soldat inconnu. C’était une fierté de représenter la France devant tout ce public !

Vous avez traversé 3 continents différents lors de vos années de service à l’armée, que retenez-vous de cette expérience forte d’engagement ?

Cette expérience à l’armée m’a appris le respect des autorités, l’esprit de groupe, de camaraderie et de cohésion : nous partions ensemble mais nous devions revenir tous ensemble !

Mon expérience la plus difficile fut au Liban, notamment lors de mon  arrivée à Beyrouth, tous ces immeubles en feu, détruits, cette athmosphère de guerre et de peur de la population…

Mais je retiens aussi la découverte de la Nouvelle-Calédonie et de Nouméa : les paysages variés, tous aussi beaux les uns que les autres, le partage avec les habitants qui nous invitaient chez eux bras ouverts…

Pourquoi avoir quitté l’armée et être rentré dans l’administration territoriale ?

A l’armée, j’ai décidé de passer un diplôme dans la charpente métallique et j’ai quitté ma carrière militaire découvrir ce nouveau métier manuel. Cette expérience ne répondait finalement pas à mes attentes..

Ancien militaire, j’ai demandé un « emploi réservé » et j’ai commencé à la Préfecture du Val de Marne, à Créteil en 1993 au service courrier. Trois ans plus tard, un poste d’huissier pour le Préfet se libérait. Ce qui m’a immédiatement plu c’est le contact avec les gens, les déplacements, l’intendance, le service rendu…

Quelles qualités requises à l’armée vous servent-elles le plus à la Préfecture?

 L’armée m’a enseigné la ponctualité, la rigueur, le respect de la hiérarchie. Ces qualités sont nécessaires au quotidien dans mon métier actuel.

Travailler en direct avec le corps préfectoral est exigeant mais très enrichissant.

Que représente pour vous la Croix du combattant ?

Lorsque j’ai appris recevoir la Croix du Combattant, j’ai d’abord été surpris.

C’est un honneur pour moi de voir récompenser une partie très importante de ma vie !

Elle symbolise aussi l’engagement que j’ai toujours eu pour servir et travailler pour le bien commun.

> Portrait de M. VANDERNABEELE - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 0,61 Mb