Actualités

Jeudi 20 février : Signature du Plan Départemental de Prévention de la Délinquance 2013–2017

 
 
Jeudi 20 février : Signature  du Plan Départemental de Prévention de la Délinquance 2013–2017

Thierry Leleu, Préfet du Val-de-Marne, Nathalie Bécache, Procureur de la République près le Tribunal de Grande Instance de Créteil et Christian Favier, Sénateur, Président du Conseil général du Val-de-Marne, ont signé le Plan Départemental de Prévention de la Délinquance 2013–2017.

 Le Plan Départemental de Prévention de la Délinquance 2013/2017 a pour objet de décliner les orientations de la stratégie nationale au niveau départemental et de coordonner l’action des différents acteurs.

La loi du 5 mars 2007 relative à la prévention de la délinquance a consacré la responsabilité centrale des maires en matière de prévention de la délinquance et a mis à leur disposition un certain nombre de nouveaux outils.

En juin 2013, une stratégie nationale a été mise en place par le Gouvernement, avec de nouvelles orientations prioritaires pour la période 2013/2017.

Elle s’applique sur l’ensemble du territoire national et privilégie une approche de proximité, qui vise à apporter des réponses opérationnelles destinées aux publics les plus exposés à la délinquance, notamment dans les zones de sécurité prioritaires (ZSP) et les quartiers « Politique de la Ville ».

Le Plan Départemental de Prévention de la Délinquance 2013/2017 a pour objet de décliner les orientations de la stratégie nationale au niveau départemental et de coordonner l’action des différents acteurs.

Il entrera en vigueur, en  2014, dès sa signature et constituera, jusqu’en 2017, le cadre des priorités de la politique de prévention de la délinquance communes à l’Etat, au Conseil Général et au Parquet, dans le département du Val-de-Marne, trois grands axes d’action sont ainsi retenus :

1)   Les  jeunes exposés à la délinquance

2)   La prévention des violences faites aux femmes, des violences intrafamiliales et l’aide aux victimes

3)   La tranquillité publique

La mise en œuvre de cette nouvelle stratégie requiert un partenariat local renouvelé, associant tous les acteurs Parquet, Préfet, maires, Conseil Général, structures associatives, bailleurs…) dans une logique de plus grande mise en cohérence des actions.

C’est ainsi que le rôle majeur du Conseil Général qui œuvre quotidiennement, directement ou indirectement, au bénéfice de la prévention de la délinquance, à travers ses missions obligatoires (protection de l’enfance, prévention spécialisée…) ou ses engagements volontaires (lutte contre les violences faites aux femmes, tranquillité publique…), est reconnu. C’est pourquoi le Président du Conseil Général est aujourd’hui signataire du présent plan.

La mise œuvre du plan sera suivie par le Conseil Départemental de Prévention de la Délinquance, réactivé depuis 2013, et différents sous-groupes de suivi (« les comités d’animation »).

Une nouvelle gouvernance départementale, appelée de leurs vœux par de nombreux membres du Conseil Départemental de Prévention de la Délinquance, est aujourd’hui à l’œuvre.

Courant 2014, les maires, dont la responsabilité centrale en matière de prévention de la délinquance locale est réaffirmée, seront invités, via les Conseils Locaux et Intercommunaux de Sécurité et de Prévention de la Délinquance, à adapter le Plan Départemental de Prévention de la Délinquance aux spécificités du terrain et à impulser localement les actions qui s’inscrivent dans le cadre de ce Plan. Ils auront notamment à mettre en œuvre les schémas locaux de tranquillité publique, en associant les habitants, les usagers, les bailleurs sociaux et les opérateurs de transport en commun.

L’ensemble des fonds de prévention de l’Etat, couplés aux engagements budgétaires des collectivités territoriales, seront mobilisés sur les actions répondant aux priorités du Plan Départemental, identifiées et validées dans le cadre des CLSPD et des CISPD.

Le Plan Départemental de Prévention de la Délinquance permettra de renforcer les partenariats engagés sur des objectifs ciblés, en particulier en direction des jeunes plus particulièrement exposés au risque de basculement et d’enracinement dans la délinquance, et d’impulser une nouvelle dynamique, en mobilisant de façon ordonnée les ressources disponibles et en assurant des passerelles entre les différents dispositifs.