Le département

L' histoire

 

Depuis 40 ans, l'Etat au service des citoyens

Instaurer une administration plus proche des citoyens, conduire une œuvre de modernisation et de rationalisation des services publics, favoriser le renouveau d'une banlieue à la recherche de ses vocations propres, ces objectifs initiaux demeurent ceux de l'Etat aujourd'hui.

La création du Val-de-Marne : un acte majeur de l'Etat

L'organisation administrative de l'Etat et, en particulier, ses structures départementales, s'avèrent inadaptées pour accompagner efficacement les mutations profondes de la région parisienne et permettre de répondre aux nouveaux défis économiques et démographiques qu'elle rencontre à partir des années 1960. La préfecture de la Seine est devenue une administration beaucoup trop lourde et lointaine. La Seine et Oise est aux prises avec un développement rapide. La division de ces utilités trop importantes s'impose "afin d'adapter l'organisation administrative à la réalité démographique et géographique de la région parisienne", comme l'indique la loi de 1964.

Le Val-de-Marne naît de cette réforme. Ses nouvelles structures administratives et politiques se mettent en place rapidement sous l'impulsion des deux premiers préfets délégués, Paul Camous et Lucien Lanier.

Le regroupement de tous les services de l'Etat est achevé en 1967. La même année, le Conseil Général est installé et ses trente-trois élus votent le premier budget, le 20 décembre.

La préfecture étant encore éloignée pour les Val-de-Marnais de l'Ouest et de l'Est, une sous-préfecture est créée à Nogent-sur-Marne en 1966 tandis qu'une annexe de la préfecture est mises en place à l'Haÿ-les-Roses en 1969, qui sera érigée en sous-préfecture par un décret de 1972.

Le 1er janvier 1968, le Val-de-Marne devient un département au sens complet du terme, circonscription administrative de l'Etat à part entière et collectivité territoriale dotée de son propre budget d'autre part. Il compte 1 120 000 habitants.

L'aéroport d'Orly et le marché d'intérêt national de Rungis sont complétés par de multiples investissements tant pour les services publics (l'université ouvre ses portes en 1970, la Préfecture est achevée en 1971) que pour l'aménagement de la ville de Créteil ou pour les infrastructures de transport (création d'autoroutes, développement des transports en commun - métro et RER).

La création du Val-de-Marne a donc été fortement marquée par l'Etat qui, avec l'aide des collectivités locales, a mobilisé des moyens substantiels pour assurer l'organisation et l'identité du nouveau département.

 
L'Etat, acteur majeur du développement du Val-de-Marne 

En confiant aux collectivités locales des responsabilités nouvelles, la décentralisation a modifié les modes d'intervention de l'Etat. Mais l'Etat continue d'être un acteur majeur du développement du Val-de-Marne par ses responsabilités dans le domaine de la sécurité, de l'éducation, du logement social, des infrastructures, de l'animation économique et de l'emploi, pour n'en citer que quelques-unes.

Les politiques partenariales associant l'Etat et les collectivités locales se sont multipliées dans de nombreux secteurs. Car il est bien du rôle de l'Etat, garant de la cohésion sociale qui fonde le pacte républicain, d'animer avec les collectivités locales les politiques qui cherchent à apporter une réponse adaptée aux besoins de nos concitoyens.

La grande diversité du tissu économique et social du Val-de-Marne appelle une mobilisation cohérente de tous les leviers publics pour que cette diversité reste dynamique, et que cette dynamique s'applique en tous lieux du département.

Trente ans après la création du Val-de-Marne, fortement marquée par l'empreinte de l'Etat, ce dernier assure toujours un rôle essentiel dans la vie quotidienne du département aussi bien que dans la construction de son devenir.

Valoriser l'identité spécifique du Val-de-Marne, contribuer à la vitalité de chacune de ses communes, favoriser le renouvellement de son potentiel économique, soutenir l'insertion sociale de ses habitants, renforcer ses infrastructures, assurer une meilleure sécurité, autant d'objectifs de l'Etat qui poursuit avec ses partenaires une œuvre collective afin que le Val-de-Marne soit toujours davantage un espace de citoyenneté et d'avenir.